Les femmes et la guerre pour défendre l’Ukraine et la démocratie

Les femmes et la guerre pour défendre l’Ukraine et la démocratie

Les femmes et la guerre pour défendre l’Ukraine et la démocratie

par Anastasiya Shtaltovna, chargée de programme et de communication, Asie et Europe

Avec l’agression russe sans précédent, les femmes ukrainiennes ont assumé de nouveaux rôles pour défendre leur vie et celles des autres, ainsi que leur démocratie.

De nombreuses femmes ont cherché refuge en dehors de l’Ukraine pour sauver leur vie et celle de leurs enfants. Des millions sont restées sur place pour protéger leur pays. Les femmes législateurs, soldats, défenseuses des droits humains, journalistes, artistes et militantes de la société civile sont indispensables à la victoire de l’Ukraine.

Les femmes ne sont pas seulement des victimes de la guerre. Elles sont en première ligne pour défendre leur pays, raconter son histoire, plaider pour le changement et défendre les institutions de la démocratie sur lesquelles l’Ukraine s’appuiera à l’avenir.

Le Centre parlementaire, en partenariat avec notre partenaire civique ukrainien, l’Agence pour les initiatives législatives, soutient ces femmes courageuses par le biais de notre projet Responsabilité parlementaire pour le secteur de la sécurité (PASS) Ukraine.

Voici quelques-unes de leurs histoires.

Fournitures essentielles distribuées par des bénévoles

Tatiana a décidé de rester à Kharkiv lorsque la guerre non provoquée de la Russie contre l’Ukraine a commencé. Avec ses amis, elle a organisé un groupe de volontaires pour commencer à distribuer de la nourriture, des médicaments et des produits d’hygiène aux habitants. Leur initiative a aidé d’innombrables personnes à Kharkiv à survivre.

La ligne de front des femmes au combat

Le 3 mars, Olga Semydianova, 48 ans, est morte au combat. Elle participait aux hostilités dans la région de Donetsk depuis 2014. Olga était la mère de 6 enfants naturels, et de 6 enfants adoptés. Aujourd’hui, son mari et sa famille protègent l’Ukraine de l’agression russe dans différentes régions de l’Ukraine. Sa fille déclare : « Ma mère a reçu de nombreuses récompenses pour son courage, son héroïsme et son professionnalisme. La dernière en date était l’Ordre de l’Honneur et de la Gloire, elle en était si fière. Vous savez, ma mère quittait rarement les points chauds, car elle voulait avant tout aider les gens. »

En 2021, on estimait à 30 000 le nombre de femmes membres des forces armées, soit 15 % de l’ensemble du personnel en service actif. Ce nombre a considérablement augmenté depuis le début des hostilités.

Le bataillon diplomatique féminin

Dix femmes parlementaires issues des partis politiques ukrainiens ont formé le Bataillon diplomatique féminin afin de plaider pour un soutien international pour défendre l’Ukraine et son objectif d’intégration euro-atlantique.

Le 1er avril, cinq de leurs membres ont visité le Canada avec le soutien du Centre parlementaire. Ces législateurs ont tenu une série de réunions de haut niveau avec le Premier ministre, des ministres du Cabinet, des parlementaires, l’ambassadeur pour les femmes, la paix et la sécurité, des hauts fonctionnaires du GAC, des OSC et les médias pour reconnaître le soutien du Canada et demander davantage d’aide.

Les députés ont souligné l’importance des conséquences de l’invasion russe sur les femmes ukrainiennes. En particulier, ils ont noté que la violence sexuelle est l’un des nombreux crimes de guerre commis par les soldats russes. « Ils tuent nos enfants, violent nos femmes ; ils détruisent et endommagent nos hôpitaux », a fait remarquer la députée Maria Ionova, membre de la commission de la politique étrangère et de la coopération interparlementaire.

Le Dattalion

Les atrocités et les crimes de guerre présumés sont documentés par une autre initiative innovante menée par des femmes. Environ 120 bénévoles, pour la plupart des femmes et des mères, ont créé la plus grande base de données publique indépendante de photos et de vidéos prises sur les lignes de front de la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Ces images sont examinées, cataloguées et mises à la disposition des journalistes, des organisations internationales et de divers organismes gouvernementaux ukrainiens. L’utilisation de ces images permet à ces institutions d’informer, de défendre et de prendre des mesures pour obtenir justice.

Le programme PASS du Centre parlementaire est soutenu par Affaires mondiales Canada. Pour en savoir plus sur le PASS, cliquez ici.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,